La musique

 

Un peu d'air passe par la vitre entrouverte de la voiture qui file dans la nuit. Je connais la route par cœur, pourtant je me sens un peu perdue. La musique est douce, je ne la connais pas. On ne dit rien, ou si peu, toujours comme ça. Mais la suite on la connait déjà.
 
A peine descendus, des phares nous éblouissent en passant devant nous, puis le noir se referme sur nous. Pas de lune, pas de bruit. La dune se dérobe à chaque pas. Sa main agrippe la mienne et m'entraine, le sable se tasse sous mes pieds. L'air autour de nous est moite, puis l'eau glisse sous notre brasse. Les bulles scintillent doucement à chaque mouvement, en remontant le long de nos corps. Et son rire résonne dans la nuit, mêlé au vent, mêlé aux vagues, mêlé au mien.

C'est l'instant qui nous emporte. (Mon corps frissonne quand il m'enlace, les vagues balancent entre nous et nos soupirs les accompagnent). Nos baisers sont tout salés.
Et les étoiles brillent au-dessus de nous. Un peu de brume qui poisse la peau, et mes cheveux bouclent pleins de sel. Le sable colle à nos jambes.
Avant la chaleur de son lit.
 
 
Encore un petit instant secret, de ceux qu'on ne dira jamais. Une parenthèse dans les étoiles et le plancton luminescent. Loin de tous et de tout, famille, amis, travail, projets et lendemain. Quand on est ensemble on se sent toujours seuls.
Je plie (en tout petit) un autre souvenir, et je le range tout au fond de mon esprit. J'emporte ce joli moment, et tous ceux d'avant aussi, mais surtout aucun regret. Je garde la tendresse, la nostalgie et la joie pure de quelques instants.
Il est des choses qu'on ne dit pas, ni lui, ni moi. Je sais qu'un jour on se reverra.